Médecins pour la vérité : D’ici l’automne-hiver 2021, au moins 20 à 30 % des personnes vaccinées contre le COVID mourront du vaccin

Dans le programme La Inmensa Minoría, Dr. María José Martínez Albarracín, diplômée en médecine et chirurgie de l’Université de Murcie, professeur de processus de diagnostic clinique et membre de l’Association des médecins pour la vérité, avec l’historien Fernando Paz sur des sujets tels que le test PCR, l’origine en laboratoire de Covid- Le 19, l’isolement du virus, la pandémie qui n’était pas là, la relation entre le vaccin contre la grippe et le Covid-19, et les risques des vaccins transgéniques expérimentaux.

Dr. Albarracín prédit (à partir de la minute 27 et 29 secondes dans la vidéo ici, en espagnol) que d’ici l’automne-hiver 2021, au moins 20% à 30% des personnes vaccinées contre Covid mourront du vaccin, et que les décès seront attribué à une nouvelle tribu, rapporte le média espagnol Trikooba.com.

Dr. Albarracine : « En effet, ce sont les vaccins qui vont déclencher des épidémies à travers deux mécanismes. Premièrement, parce que c’est un agent pathogène synthétique qui peut se recombiner avec nos virus endogènes. Et l’autre est à cause de ce que le Dr. Geert Vanden Bossche, le scientifique de GAVI, [un virologue indépendant et expert en vaccins qui a travaillé pour GAVI et la Fondation Bill et Melinda Gates], a déclaré que le problème – et cela a été vu dans les élevages de poulets – est que, puisqu’il s’agit d’un très antigène spécifique, seuls des anticorps seront produits contre ce type d’antigène.

Et cela conduit à ce qu’on appelle le “péché de l’antigène originel”, c’est-à-dire qu’ils conditionnent l’ensemble du système immunitaire à ne répondre qu’à cet antigène. Et dès qu’il y a le moindre changement – ​​causé par l’entrée chez différents individus – la réponse immunitaire sera conditionnée par cette information vaccinale et réagira mal à la nouvelle mutation ou variante. Et par conséquent, ce qui va se passer, c’est une augmentation de la maladie due à la vaccination. C’est-à-dire qu’il y aura des épidémies plus grosses, plus grosses et plus graves. Parce que le système immunitaire sera mal conditionné. Et cela est déjà connu.

L’inventeur du vaccin à ARNm interrogé sur les dangers de l’injection de COVID-19 Les vaccins, tels que le vaccin contre la dengue, sont connus pour avoir causé ces problèmes. Et on sait – lorsqu’ils ont été testés contre le Coronavirus ou contre le Virus Respiratoire Syncytial [RSV] – qu’ils causent ces problèmes. Par conséquent, dans l’hémisphère nord, à l’automne-hiver prochain, nous assisterons à une vague épidémique beaucoup plus importante, avec une plus grande gravité et un taux de mortalité plus élevé. Les experts estiment qu’entre 20 et 30 pour cent des personnes vaccinées mourront.

Nous ne voulons pas être des prophètes de malheur, mais si nous réussissons vraiment à atteindre notre taux de vaccination souhaité de 70 % d’ici l’automne, nous atteindrons ce que l’on appelle le « seuil d’infiltration » ou le « seuil épidémique ». Car ceux qui sont vaccinés infecteront aussi ceux qui ne le sont pas. Et c’est pourquoi il va y avoir une épidémie étendue et grave… Et puis ils vont dire qu’il s’agit de nouveaux mutants, de nouvelles variantes et de nouveaux vaccins sont nécessaires…

Et je vous le dis, ils sont tester – et je pense qu’ils sont déjà en cours d’essais cliniques – de certains vaccins terrifiants qui s’auto-améliorent à ARN. C’est-à-dire que lorsque l’ARN est injecté… ce pseudovirus se multiplie, il se multiplie dans l’organisme, ils s’auto-répliquent. C’est la nouvelle génération de vaccins géniques qu’ils veulent introduire à partir de l’automne-hiver prochain.

Spread the love
Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *