La grande mort a commencé : la pandémie vaccinale révèle le génocide

Le créneau de la “vaccination” s’effrite. L’effet protecteur du liquide que nous sommes censés appeler le “vaccin” ne semble pas se produire. Ce sont surtout les personnes ayant reçu une double injection qui tombent malades. L’intensité de la maladie est plus élevée chez les injectés que chez les non-injectés. Même les 3e et 4e injections de “rappel” n’aident pas. Au contraire, les chiffres d’Israël prouvent que la campagne de “vaccination” a déclenché une véritable vague d’infections. Aujourd’hui, les chiffres provenant de pays qui n’étaient pas touchés auparavant prouvent également que la “vaccination” a conduit à une pandémie que nous n’avons jamais vue. Le génocide devient visible, écrit Wolfgang Jeschke.

l’ARNm thérapeutique

Des milliards de personnes ont accepté le marché : une ou deux injections de l’ARNm thérapeutique inconnu devaient leur rendre, à eux et à leurs enfants, leurs droits fondamentaux inaliénables, leur liberté de voyager, de travailler, de s’instruire, de manger au restaurant ou simplement d’espérer être sauvés de la pandémie mise en scène. Dans leur pacte irréfléchi avec l’empire du vaccin, ils ont fait le calcul sans le diable : le salut n’est pas au rendez-vous, le liquide ne fonctionne pas et personne ne récupère ses droits non plus. Au lieu de cela, tout le monde doit être traité à nouveau avec le cocktail toxique, dont les conséquences ont maintenant été documentées des millions de fois dans les bases de données des effets secondaires.

Les chiffres d’Israël parlent un langage clair.

Depuis la “vaccination” avec la 3e dose, le nombre de cas et de décès est monté en flèche.
Photo : https://mobile.twitter.com/MConceptions/status/1434997019697893384/photo/1

Une étude Danoise

Peter F. Mayer (www.tkp.at) a récemment rapporté sur son blog scientifique : “Nous savons, grâce à une étude danoise portant sur 30 000 résidents de maisons de retraite et 330 000 travailleurs de la santé, qu’au cours des 14 premiers jours suivant la vaccination, il y a eu 40 % d’infections en plus dans les maisons de retraite et 106 % de plus chez les travailleurs de la santé que chez les personnes qui n’avaient pas encore été vaccinées.”
Les autorités scolaires interdisent aux personnes vaccinées contre le virus Covid-19 d’entrer dans leur établissement.

Dans le monde entier, les chiffres sont similaires. Tous les pays qui mènent des campagnes de “vaccination” avec un décalage dans le temps par rapport à Israël connaissent le même fiasco : les personnes non vaccinées en bonne santé tombent moins souvent malades que les personnes censées être vaccinées. En Allemagne aussi, les statistiques suivent la tendance israélienne.

Mongolie, Vietnam et Thaïlande

Cependant, l’effet de la campagne de “vaccination” est particulièrement visible dans les exemples de la Mongolie, du Vietnam et de la Thaïlande. Ici, la “pandémie”, qui jusqu’à présent pouvait difficilement être construite même avec les tests PCR inutiles, commence maintenant à se manifester comme une vague d’infection “vaccinale” dans les pays. Avec le début de l’administration du liquide, l’augmentation de la maladie et le grand nombre de décès ont commencé. La question de savoir si l’utilisation de ce liquide s’apparente à un génocide semble trouver sa réponse dans les faits eux-mêmes.

La grande mort a commencé : grâce à la “vaccination” de masse, le nombre de décès dus aux infections a explosé en Thaïlande, en Mongolie et au Vietnam.

Les États-Unis, dont la “couverture vaccinale” est très élevée, connaissent également une augmentation considérable des maladies infectieuses.

Un rapide coup d’œil à la base de données VEARS révèle la catastrophe : jamais dans l’histoire de l’humanité autant de personnes n’ont été blessées ou tuées par un “sérum vaccinal thérapeutique” – et cela contre une “maladie” dont le danger est au mieux médiocre – si l’on s’en tient aux chiffres de l’OMS.

Cherchez vous-même : https://vaers.hhs.gov/data.html

Les chiffres européens sur l’état actuel des génocides sont disponibles ici

24 526 MORTS et 2 317 495 BLESSURES après des injections de COVID-19 signalées dans la base de données de l’Union européenne sur les effets indésirables des médicaments.

Copyright © 2021 Frontnieuws.

Spread the love
Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *