The Great Reset. La grande réinitialisation.

La grande réinitialisation est né du cerveau d’un économiste allemand, apprenti d’Henry Kissinger. Le présentateur de Sky News, Cory Bernardi, a récemment livré un monologue sur la grande réinitialisation qui n’aurait jamais été diffusé dans la plupart des pays occidentaux.

Il dit que nous devrions nous méfier des organisations avec le mot «monde» dans leur nom. Prenons l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, qui a fait 500 millions de dollars grâce à l’émission d’obligations contre la pandémie. L’OMS était sur le point de rembourser aux investisseurs 500 millions de dollars au début de 2020 à moins que ….. une pandémie n’éclate. Les investisseurs ont perdu leur argent, qui est allé dans les poches de l’OMS.

Ensuite, il y a le Programme alimentaire mondial, qui fait également partie de l’ONU et a remporté le prix Nobel de la paix en 2020. Cela semble impressionnant, sauf si l’on considère que Barack Obama l’a remporté en 2008 parce qu’il avait le bon teint. Et bien que cette organisation investisse chaque année 8 milliards de dollars dans la lutte contre la faim, il y a toujours 850 millions de personnes sous-alimentées sur la planète, ainsi que quelque 780 millions de personnes obèses.

Décarboner, désindustrialiser et déresponsabiliser

Vous avez également l’Organisation météorologique mondiale, qui, dans les rapports climatiques, décrit des scénarios d’horreur sur les gaz à effet de serre, le changement climatique, l’élévation du niveau de la mer et la glace marine. Prenons, par exemple, le rapport de 2019 dans lequel ce club affirme essentiellement que les feux de brousse australiens qui ont fait rage cette année-là étaient le résultat du changement climatique. Nulle part dans le rapport il n’est fait mention des incendiaires ou de la politique «désastreuse» des Verts sans entretien des forêts.

Et où en serions-nous sans l’Organisation mondiale du tourisme? Cette organisation utilise souvent des mots à la mode comme «inclusion sociale» et «action climatique», et bien sûr «Reconstruire mieux». L’Organisation mondiale du tourisme a rapporté avec fierté que les émissions de CO2 avaient chuté de pas moins de huit pour cent en fermant l’économie mondiale. Cela signifie que nous n’avons que 92% à parcourir jusqu’à ce que nous revivions dans des grottes. Mais en attendant, nous sauvons la planète.

Toutes ces autorités poussent le même agenda, un agenda visant à décarboner, désindustrialiser et déresponsabiliser le monde occidental. L’araignée sur le Web est le Forum économique mondial, l’architecte de la grande réinitialisation et de la quatrième révolution industrielle. Elle a inventé le terme «Reconstruire mieux», qui est si populaire auprès des élites gouvernementales.

La servitisation n’est qu’un autre nom pour l’esclavage économique.

En fait, ils prédisent qu’en 2030 vous “ne posséderez rien et serez heureux“. Ceci est également appelé «servitisation». Cela signifie que les entreprises associent de plus en plus les biens aux services. La location de voitures est un exemple de servitisation. Amazon, Netflix et Facebook sont également des exemples de la croissance exponentielle des services.

La servitisation est très similaire à la servitude ou à l’esclavage. Le WEF affirme que la servitisation sauvera la planète tout en contribuant à la récupération corona. Mais si vous n’avez rien, à qui appartient ce que vous utilisez? Ce sont les gens qui se rassemblent chaque année à Davos: les magnats des affaires, les directeurs, les chefs de gouvernement, les bureaucrates et les multimilliardaires. Ils veulent tous gagner plus qu’ils ne le font déjà et avoir plus de pouvoir sur vous.

Vous êtes un utilisateur, ils sont le propriétaire. Tout tombe entre les mains d’un petit groupe alors que nous dégénérons lentement en vassaux économiques de ces oligarques.

La servitisation n’est qu’un autre nom pour l’esclavage économique. C’est le socialisme à l’échelle mondiale.

Spread the love
Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *